NAPA AUTOPRO

Huile 101

Bien que les technologies automobiles ne cessent d’évoluer, certains travaux d’entretien demeurent incontournables, comme la bonne vieille vidange d’huile. N’empêche que l’huile aussi a évolué!

Les nouveaux véhicules sont maintenant plus fiables, plus économiques en carburant et moins polluants que ceux d’autrefois. Évidemment, les constructeurs sont soumis à des lois, à des normes et à des règlements lorsqu’ils mettent au point des technologies et des composants plus avancés. Malgré tout, la lubrification par l’huile demeure essentielle pour le bon fonctionnement de votre voiture!

Huile synthétique et traditionnelle

C’est ici que la technologie mécanique rejoint la technologie des lubrifiants. Le fabricant a déterminé un type de lubrifiant bien précis pour le moteur de votre véhicule et un intervalle d’entretien qui doit être respecté. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre atelier ou consulter les informations qui se retrouvent dans le manuel du propriétaire (spécifications). Le mélange chimique contenu dans un bidon d’huile est conçu à partir d’huile brute. Des additifs procurant des propriétés particulières sont ajoutés à l’huile pour créer le lubrifiant qui convient à votre véhicule.

Labyrinthe mécanique

Avant de revenir à son point de départ, l’huile parcourt tout un chemin. Parmi ses tâches, ce liquide visqueux doit lubrifier tous les composants du moteur, réduire la friction entre les pièces mobiles et diminuer la chaleur… Bref, tout pour que le moteur ronronne!

Pour maintenir cette douce mélodie sous le capot, il est important de respecter les consignes du fabricant en ce qui concerne l’intervalle de kilométrage ou de temps entre les vidanges d’huile. Car une huile minérale ou synthétique se dégrade au fil du temps. Elle a une durée de vie d’environ 5 000 à 10 000 km, parfois plus. Lors de la visite en atelier, il est recommandé de changer le filtre à huile lors de la vidange.

Quels sont les facteurs qui réduisent la vie utile du lubrifiant ? Il y a l’âge de la voiture, le type de moteur (atmosphérique ou turbocompressé), le climat et le type de déplacement (durée et longueur).

Finalement, question d’affronter les rigueurs de l’hiver, l’huile synthétique sera fortement suggérée par votre technicien. Cette huile plus coûteuse protégera davantage le moteur et le rendra plus efficace pour démarrer lors des matins à -30° Celsius !